Glossophobie : Définition, Causes, Symptômes et Traitements

Glossophobie : Définition, Causes, Symptômes et Traitements

Vous êtes loquace quand vous discutez avec vos collègues de travail ? Vous perdez tous vos moyens quand il s’agit de vous exprimer devant un public ? Sachez que cette peur que vous ressentez est courante. Elle est désignée par les psychologues sous le nom de glossophobie.

Elle peut être due à un manque de confiance ou à une crainte du regard des autres. Bien que les causes de ce trouble soient multiples, les manifestations sont presque toujours les mêmes. Vous expérimentez des sueurs froides, des tremblements, une accélération du rythme cardiaque et même des nausées.

Le plus souvent, cela vous empêche d’affirmer votre position et de vous épanouir dans la société. Que faire alors pour vaincre sa peur de parler en public ? Existe-t-il des solutions efficaces sur le long terme ? Voici tout ce qu’il y a à savoir sur la glossophobie pour réussir à la surmonter.

Glossophobie : définition

Si c’est la première fois que vous entendez le terme glossophobie, vous vous demandez sans doute ce que cela signifie. En effet, il vient des mots grecs glosso et phobies. Le premier fait référence à la langue. Le second désigne la peur. La glossophobie, c’est donc la peur de s’exprimer.

Cependant, il convient de préciser que cette dernière ne se manifeste que devant un public. Il n’est possible de parler de glossophobie que lorsque l’audience est constituée de 2 personnes au minimum. En règle générale, il est facile de converser avec un seul interlocuteur. En revanche, parler devant plusieurs est très stressant.

Qu’est-ce que la glossophobie ?

À présent que vous avez connaissance de la définition de glossophobie d’un point de vue étymologique, il se peut que vous vous demandiez s’il s’agit d’une pathologie. Sachez que c’est bel et bien le cas. En réalité, elle résulte d’une peur spécifique.

Tout comme le claustrophobe ou l’agoraphobe, la personne souffrant de glossophobie angoisse de façon irrationnelle et incontrôlable à la vue d’un élément déclencheur qui semble banal. Dans ce cas, il s’agit d’un public. C’est la raison pour laquelle ce trouble est le plus souvent qualifié de phobie sociale.

Lire aussi :  Devenir Livreur UberEats : Salaire, Formation, Métier

Cela dit, sachez qu’il ne se manifeste pas à tout bout de champ. Cette situation d’extrême anxiété ne s’observe que lorsque l’individu doit prendre la parole dans un grand espace rempli de monde. Derrière la notion de glossophobie, il y a donc aussi une peur associée aux espaces bondés.

Toutefois, l’élément déclencheur reste la pression du regard des autres sur soi. Dans certains cas, cette dernière est si intense qu’elle peut donner lieu à des crises de panique. En plus des désordres physiologiques, cela constitue un véritable frein au développement harmonieux de la personne. Celle-ci est bloquée mentalement.

Elle ne peut ni donner son point de vue, ni s’affirmer dans la société. En conséquence, elle préfère systématiquement éviter les situations de prise de parole. Vous l’avez sans doute compris. La glossophobie est la peur de parler en public. Le plus souvent, elle est chronique et paraît insurmontable.

Quels sont les symptômes de la glossophobie ?

La glossophobie est un trouble social qui peut être difficile à diagnostiquer. En effet, il faut que l’individu se retrouve dans une situation de prise de parole devant un public pour que les symptômes soient observables. En règle générale, ces derniers sont classés en deux groupes.

Les signes physiques de la glossophobie

La peur de parler en public peut se reconnaître à travers plusieurs signes physiques. Au nombre de ces derniers figurent :

  • la transpiration froide ;
  • l’accélération du rythme cardiaque ;
  • les difficultés respiratoires ;
  • la moiteur des mains ;
  • l’engourdissement des jambes ;
  • l’évanouissement ;
  • les difficultés à articuler les mots ;
  • la timidité ;
  • le besoin de boire beaucoup d’eau.

Si vous expérimentez ces symptômes lorsque vous êtes appelé à faire un discours, vous êtes sans doute glossophobe. Pour obtenir confirmation, il faudra toutefois demander l’avis d’un médecin. En réalité, celui-ci dispose d’une expérience avérée dans le diagnostic des phobies sociales. Si vous souffrez effectivement de glossophobie, il ne manquera donc pas de vous apporter la confirmation.

Les manifestations psychiques de la peur de parler en public

Hormis les signes physiques, il existe plusieurs manifestations psychiques associées à la peur de parler en public. Au nombre de celles-ci se distingue l’angoisse à la simple idée de prendre la parole. L’anxiété subit est un autre symptôme de glossophobie.

En effet, selon les psychologues, il s’agit de la deuxième manifestation caractéristique de ce trouble social. Dans certains cas, il arrive aussi de relever des peurs d’anticipation, ou un évitement de la prise de parole.

Lire aussi :  Location de bureaux ou coworking : des solutions pour ne plus travailler de chez soi

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est recommandé de solliciter l’expertise d’un médecin psychiatre. La glossophobie ne se reconnaît pas qu’à des symptômes physiques. Il s’agit avant tout d’une pathologie d’ordre psychologique et d’un état d’esprit. Il est donc également essentiel de rechercher la présence des signes psychiques mentionnés plus haut.

Quelles sont les causes de cette phobie ?

Vous avez été diagnostiqué glossophobe ? Vous vous demandez ce qui a bien pu occasionner le développement de ce trouble social ? Sachez que les causes de la glossophobie sont multiples. Parmi ces dernières figurent :

  • le manque de confiance en soi ;
  • la peur d’être jugé ;
  • le sentiment d’être seul face aux autres ;
  • l’attention excessive portée à ses ressentis internes.

Le plus souvent, cela trouve son origine dans un évènement traumatisant du passé. Il peut s’agir de la moquerie d’un camarade de classe ou des critiques excessives d’un parent. Cela conditionne l’individu à redouter le regard des autres.

Cependant, il convient de préciser que ce ne sont pas les seules situations qui favorisent le développement de la peur de parler en public. Un fort désir de convaincre ou d’épater est une autre cause de glossophobie. En réalité, le fait de souhaiter convaincre à tout prix exerce une pression si énorme qu’il arrive de perdre tous ses moyens devant l’audience.

Il en est de même lorsque les informations à délivrer sont nombreuses. Ne soyez donc pas surpris de rencontrer des difficultés à vous exprimer en public si vous recherchez de façon chronique une performance optimale.

La cause de glossophobie peut également résider dans un manque de préparation ou d’entraînement. En effet, cette situation alourdit considérablement la pression expérimentée lors de la prise de parole. En conséquence, vous vous retrouvez bloqué et incapable de placer le moindre mot. C’est aussi le cas de plusieurs glossophobes.

Les astuces pour éviter d’avoir peur de prendre la parole en public

Contrairement à ce que vous pensez, souffrir de glossophobie n’est pas insurmontable. En réalité, il existe plusieurs astuces que vous pouvez adopter pour vaincre la peur de parler en public. En voici quelques-unes.

S’inscrire à un club de théâtre

Pour prendre le dessus sur votre peur de parler en public, vous pouvez vous inscrire à un club de théâtre. En effet, il s’agit d’un véritable antidote à la timidité.

Si vous souhaitez surmonter votre glossophobie, n’hésitez donc pas à opter pour cette activité extraprofessionnelle. Elle vous apprend également différentes méthodes de gestion du trac. Qu’attendez-vous donc pour vous y mettre ?

Lire aussi :  Devenir kinésithérapeute : Salaire, Formations, Étude, Rôle

Faire du yoga

Si vous désirez vaincre la peur de parler en public, faire du yoga est une autre stratégie pour laquelle vous pouvez opter. En réalité, cette activité sportive a la particularité de vous aider à mieux gérer votre stress.

Quelle que soit la posture que vous choisissez, vous ne manquerez pas de vivre une expérience relaxante intense. Avant de prendre la parole, n’hésitez donc pas à adopter celle qui vous convient. Ce faisant, vous pouvez que vous sentir plus sûr de vous.

Prendre le temps de la préparation

Pour prendre le dessus sur votre glossophobie, vous devez aussi prendre le temps de la préparation. Comme mentionné plus haut, le manque d’entraînement joue un important rôle dans le déclenchement de ce trouble social.

Prenez donc le soin de faire des simulations avec votre vidéoprojecteur avant la présentation. N’hésitez pas non plus à vous chronométrer et à vous filmer. Ce faisant, vous ne manquerez pas de gagner en assurance.

Regarder des visages familiers lors de la présentation

L’autre astuce que vous pouvez adopter pour vaincre la peur de parler en public consiste à regarder des visages familiers lors de la présentation. En effet, il est plus facile de supporter le regard d’une personne connue que celui d’un étranger.

La raison est simple. Contrairement aux autres, il est sympathique et bienveillant. Avant de monter sur scène, assurez-vous donc pas de choisir en avance des visages familiers à regarder.

Comment vaincre la glossophobie sur le long terme ?

Si vous souhaitez vaincre la glossophobie sur le long terme, il existe également des traitements que vous pouvez suivre. Le plus souvent, ces derniers sont prescrits par des psychiatres. Ils sont de plusieurs types. Au nombre de ces derniers figurent :

  • La psychothérapie

Ce traitement de glossophobie soigne le trouble social à la racine. De toutes les approches psychothérapiques, il n’y en a que deux qui soient vraiment efficaces. Il s’agit de la thérapie cognitivo-comportementale et de celle interpersonnelle.

Dans le premier cas, le psychologue travaille sur les pensées anxieuses du glossophobe. Ensuite, il lui propose de se confronter peu à peu à sa peur de parler en public. Dans le second cas, il aide l’individu à surmonter les dysfonctions interpersonnelles à la base de son anxiété.

  • Les traitements médicamenteux

Dans les cas les plus sévères de glossophobie, il peut arriver que le psychiatre prescrive des médicaments. Toutefois, veillez à ne les prendre que sur recommandation de ce dernier.